PETERBOROUGH (ONTARIO) – Après des heures de négociation avec la direction de l’Université Trent en vain, le comité de négociation de l’unité 1 de la section locale 3908 du SCFP (SCFP 3908-1) a demandé au ministère du Travail un rapport recommandant de ne pas instituer de commission de conciliation, vendredi soir.

« Nous ne pouvons pas négocier avec nous-mêmes », a déclaré Grant Darling, conseiller syndical du SCFP national au nom du SCFP 3908-1, qui représente plus de 500 chargés de cours à temps partiel de l’Université Trent.

« Nous ne croyons pas que le public ni les étudiants de l’Université Trent connaissent les conditions de travail précaires des 537 membres du SCFP 3908-1. Nous représentons près de 70 pour cent des enseignants qui offrent les cours à l’Université Trent : ils et elles sont des travailleurs contractuels qui sont mis à pied tous les quatre mois et forcés de présenter chaque fois une nouvelle demande d’emploi. Même s’ils sont des professeurs très éduqués, expérimentés et professionnels, ils n’ont aucune sécurité d’emploi d’un semestre à l’autre. Nous ne pouvons pas tolérer cette situation plus longtemps à l’Université Trent. L’éducation de qualité à l’Université risque de subir un grave déclin si une grande partie des professeurs continuent de glisser dans des conditions de travail précaires et non sécurisées », a-t-il ajouté.

La demande du syndicat d’un rapport recommandant de ne pas instituer de commission de conciliation déclenchera un compte à rebours de 17 jours à compter de la date d’émission du rapport du Ministère, qui devrait avoir lieu aujourd’hui ou mardi. À la fin des 17 jours, l’employeur peut mettre les employés en lock-out, ou le syndicat peut déclencher une grève, ce qui signifie qu’un lock-out ou une grève pourrait avoir lieu vers le 2 mars.

Même si les dispositions relatives à la sécurité d’emploi sont courantes dans d’autres universités, l’Université Trent a refusé de négocier une sécurité d’emploi appropriée pour ses chargés de cours à temps partiel.

« Nous croyons toujours qu’un règlement négocié est possible, mais il doit y avoir deux parties à la table prêtes à négocier », a déclaré Grant Darling.
Il a exhorté M. Leo Groarke, président de l’Université Trent, à s’assurer que les négociateurs de l’Université aient suffisamment de souplesse pour négocier un règlement équitable qui respecte les besoins de toutes les parties, y compris des chargés de cours à temps partiel.

« On ne peut pas s’attendre à ce que nous fournissions l’éducation de calibre mondial à laquelle les étudiants s’attendent et qu’ils méritent, alors que nos membres sont forcés d’accepter un emploi précaire », a-t-il ajouté.

Un médiateur nommé par la province planifiera une autre ronde de négociations entre les parties avant la date limite.

– 30 –

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez communiquer avec :

Grant Darling, conseiller syndical du SCFP, au 705 743-0600
Kevin Wilson, Service des communications du SCFP, au 416 821-6641

KW:gb/sepb491

Inscrivez-vous pour recevoir des nouvelles du SCFP-Ontario.

Votre nom au complet (champ obligatoire)

Votre courriel (champ obligatoire)

Êtes-vous membre du SCFP?
OuiNon