Doug Ford cherche à augmenter le nombre d’élèves par classe et à supprimer le jardin d’enfants à temps plein.

Envoyez à Doug Ford un message l’informant qu’en tant que parents, éducateurs et étudiants, nous n’accepterons pas une augmentation du nombre d’élèves déjà ingérables.

entrez votre adresse

 

Travailleurs de l’éducation de première ligne

Votre nom au complet (champ obligatoire)

Votre courriel (champ obligatoire)

Êtes-vous membre du SCFP?
OuiNon

Souhaiteriez-vous que le SCFP-Ontario communique avec vous au sujet de cette campagne et d’autres campagnes?
Oui

[recaptcha]

 




Monsieur le premier ministre Ford,

CC: Lisa Thompson, ministre de l’Éducation

En tant que travailleur de l’éducation de première ligne, je suis vivement préoccupé par la proposition du gouvernement d’augmenter la taille des salles de classe pour les plus jeunes élèves de l’Ontario. Des médias ont récemment rapporté que le gouvernement songe à changer, ou même à carrément annuler, le programme de maternelle et jardin d’enfants à temps plein de l’Ontario très efficace, ce qui est tout aussi préoccupant.

Moins d’adultes et plus d’élèves dans les salles de classe signifie des classes bondées et impossibles à gérer, moins de professeurs et d’aides-éducateurs pour aider les enfants ayant des besoins particuliers, moins d’inclusion pour les enfants ayant des besoins particuliers et moins d’aide individuelle pour les élèves.

L’échec du gouvernement à démontrer une totale appréciation de l’importance, pour tous les Ontariens, d’un enseignement public de qualité ne pourrait pas être plus évident. Depuis votre entrée en fonction, votre gouvernement a coupé plus de 100 millions de dans les écoles de l’Ontario, annulé les révisions des programmes visant à répondre aux recommandations de la Commission de vérité et de réconciliation (CVR) et est revenu en arrière en ce qui a trait au programme d’éducation sexuelle.

Les écoles de l’Ontario sont déjà financées en vertu d’un calcul dépassé et inadéquat. Des travaux s’accumulent dans les écoles et ils sont de l’ordre de 15 milliards de dollars à ce jour, les conseils dépensent plus d’argent sur l’éducation spécialisée qu’ils reçoivent en financement gouvernemental et les élèves se retrouvent sur de longues listes d’attente pour obtenir du soutien des aides-éducateurs, des orthophonistes et autres professionnels. Plutôt que de régler ces problèmes, il y a maintenant des déclarations troublantes émanant de Queen’s Park qui indiquent d’autres coupures possibles au programme de maternelle et jardin d’enfants à temps plein pour nos plus jeunes élèves.

Ce décalage manifeste entre votre gouvernement et ce qui se passe sur le terrain, particulièrement en ce qui a trait au financement adéquat de l’éducation, est un véritable obstacle pour de meilleurs résultats pour assurer la réussite scolaire. Et nous vous invitons à changer cela.

En fait, j’aimerais vous inviter, vous ainsi que tous les députés provinciaux, à venir voir en personne ce qui se passe réellement dans les salles de classe et dans nos écoles. Vous rencontrerez tout un réseau de personnes – des aides-éducateurs, des concierges, des secrétaires d’école, des éducateurs de la petite enfance, des travailleurs de bibliothèque et plusieurs autres – dont les emplois permettent d’éduquer les enfants et d’assurer leur développement. Nous vous dirons tous que des salles de classe avec plus d’élèves, ce n’est tout simplement pas faisable.

Nous vous demandons de ne pas retirer le plafond quant à la taille des salles de classe et de financer adéquatement un enseignement public de grande qualité pour les élèves de l’Ontario.

Je vous prie d’accepter, Monsieur le premier ministre, l’expression de mes sentiments distingués.

Votre nom