TORONTO – Le SCFP-Ontario représente plus de trente mille (30 000) travailleurs universitaires aux quatre coins de l’Ontario qui sont représentés au sein du syndicat par le Comité de coordination des travailleurs universitaires de l’Ontario (CCTUO).

Le SCFP-Ontario et le CCTUO condamnent fermement les récentes décisions prises par l’Université Ryerson de mettre fin à son accord opérationnel avec le Ryerson Students’ Union (RSU) (Syndicat des étudiants de Ryerson) et de rompre tout lien avec l’organisation.

Les étudiants de l’Université Ryerson ont droit à une représentation efficace, responsable et démocratique, et la décision de l’Université de mettre fin à l’accord opérationnel et de retenir les frais perçus au nom du RSU représente un énorme pas en arrière pour toute la communauté de l’Université Ryerson.

Quels que soit ses défauts, le RSU joue des rôles essentiels pour les étudiants sur le campus, allant de la défense à l’équité, en passant par le soutien des étudiants ayant des besoins immédiats financiers, en santé mentale et autres. Tous ces services ont été compromis par l’Université Ryerson, tout comme les moyens de subsistance de huit (8) membres du personnel du RSU qui s’occupent de l’administration et offrent ces services.

La démocratie et l’autonomie doivent être sauvegardées par les membres du RSU – les étudiants – et respectées par l’administration de l’Université Ryerson. Le canal de responsabilité adéquat pour le conseil exécutif du RSU repose sur ses membres – par l’entremise de leur engagement, de leur participation et, ultimement, de leurs votes. Le SCFP-Ontario croit que le corps étudiant de l’Université Ryerson peut et doit être celui qui doit tenir son gouvernement responsable, non pas l’administration de l’Université Ryerson.

Démocratie. Autonomie. Responsabilité. Ce sont les principes fondamentaux que les actions de l’Université Ryerson à ce jour ont rendu pratiquement impossibles. La tentative maladroite de l’Université Ryerson de créer son propre ‘gouvernement’ étudiant composé de représentants nommés par l’Université n’est rien de tout cela. Faire une chose comme celle-là en refusant de fournir au RSU ce qui est nécessaire pour mener une élection équitable, comme des listes de membres, est déraisonnable.

Nous demandons à l’administration de l’Université Ryerson de renouer immédiatement le contact avec le RSU, de libérer toutes les redevances en souffrance perçues auprès des étudiants au nom du RSU et de négocier un accord opérationnel qui permet au RSU de s’acquitter de son mandat.

Le président du SCFP-Ontario,                   Le président du CCTUO,

Fred Hahn                                                   David Simao

KW:gb

sepb491

Inscrivez-vous pour recevoir des nouvelles du SCFP- Ontario.

Votre nom au complet (champ obligatoire)

Votre courriel (champ obligatoire)

Êtes-vous membre du SCFP?
OuiNon