(TORONTO, ONTARIO) Hier, 1er avril, les agents de bord et les directeurs de vol membres de la base de Toronto d’Air Transat, membres de la section locale 4047 du SCFP, ont fait leurs derniers vols de rapatriement pour ramener au pays les Canadiens en raison de la pandémie. Les 740 membres de Toronto, qui seront mis à pied le 5 avril, se préparent présentement à voter sur l’adoption d’un plan de prestations de soins de santé. Ils réclament aussi un soutien financier immédiat ainsi que d’autres suppléments adaptés aux employés des compagnies aériennes.

« Beaucoup d’entre nous sont dans une situation difficile », a dit Charlie Ezerzer, président de la section locale 4047 du SCFP, en faisant référence aux mises à pied et aux difficultés financières auxquels la plupart des membres sont confrontés en ce moment.

La compagnie aérienne a une base à Montréal et à Vancouver, en plus de ses membres du SCFP de la base de Toronto. Ces membres, qui seront également mis à pied le 5 avril, vivent dans des provinces dont les résidents peuvent compter sur un soutien financier immédiat qui s’ajoute aux prestations d’assurance-emploi et aux prestations d’intervention d’urgence du Canada.

« En Colombie-Britannique, les gens peuvent obtenir un supplément au loyer, et au Québec les gens peuvent obtenir un soutien financier même s’ils n’ont pas droit à l’aide du gouvernement fédéral, mais en Ontario, il n’y a rien », a déclaré Charlie Ezerzer, faisant écho à la réclamation d’une aide financière immédiate par le SCFP-Ontario auprès du gouvernement provincial d’au moins 2 000 $, en plus du supplément de 2 000 $ par mois récemment annoncé par le gouvernement fédéral.

« Les personnes qui fournissent les services de première ligne nécessaires à la population chaque jour, en particulier en temps de crise, doivent obtenir un soutien direct », a déclaré Fred Hahn, président du SCFP-Ontario. « Ces travailleurs méritent d’obtenir le soutien qui est accordé à leurs collègues des autres provinces. Les conservateurs de Ford peuvent et doivent soutenir tous les Ontariens, et ils ne doivent pas abandonner certaines personnes à leur sort. »

Charlie Ezerzer a affirmé que les employés des compagnies aériennes ont été parmi les premiers à appuyer les mesures de sécurité. Les agents de bord ont lutté pour obtenir le droit de porter des gants, un masque et de réduire au minimum les contacts avec les passagers.

« Certains agents de bord ont obtenu un résultat positif au test de la COVID-19 », a-t-il déclaré, ajoutant que plus de 400 membres ont dû s’isoler. « Les agents de bord sont aussi des travailleurs de première ligne. Et pourtant, nous ne sommes pas traités de la même façon. »

« Nous n’obtenons aucune aide financière immédiate, et la subvention salariale du gouvernement fédéral qui vise à maintenir les travailleurs sur les listes de paie ne nous sert à rien présentement parce que nous cessons nos activités », a déclaré Charlie Ezerzer. « Nous nous joignons au syndicat pour presser le gouvernement provincial et le gouvernement fédéral à rendre les programmes d’aide accessibles à tous. »

-30-

Pour obtenir des renseignements supplémentaires veuillez communiquer avec :

Daniel Tseghay
Service des communications du SCFP
[email protected] | 647 220-9739

kw/sepb491

Inscrivez-vous pour recevoir des nouvelles du SCFP-Ontario.

Votre nom au complet (champ obligatoire)

Votre courriel (champ obligatoire)

Êtes-vous membre du SCFP?
OuiNon