Le projet de loi 168, un projet de loi déposé par les députés provinciaux conservateurs Robin Martin (Eglinton-Lawrence) et Will Bouma (Brantford-Brand) et dont le titre Loi sur la lutte contre l’antisémitisme est trompeur, est une attaque contre la liberté d’expression des Ontariens et il doit être rejeté. De nombreuses préoccupations ont été soulevées au sujet des antécédents criminels d’Israël en matière de droits de la personne à l’égard du peuple palestinien, et il est important que ces critiques légitimes ne soient pas passées sous silence.

Nous, le SCFP-Ontario et le Comité de la solidarité internationale du syndicat, demandons à tous les députés provinciaux de l’Ontario de voter contre le projet de loi 168.

Contrairement à ce que suggère le titre du projet de loi 168 (c’est-à-dire qu’il n’y a pas de mesures en place présentement pour combattre l’antisémitisme en Ontario), une loi protégeant contre l’antisémitisme existe déjà : le Code des droits de la personne de l’Ontario garantit le droit de tous à être protégés contre la discrimination religieuse et raciale et interdit toute action qui leur fait subir de la discrimination pour ces motifs.

La vérité est que le projet de loi a pour but de censurer les Palestiniens et les gens de conscience en mettant sur le même pied d’égalité les critiques contre Israël et l’antisémitisme. Le projet de loi cible plus particulièrement le mouvement pacifique de Boycott Désinvestissement Sanctions (BDS) qui a réussi à attirer l’attention sur les violations des droits de la personne par Israël et son occupation illégale du territoire palestinien. S’il est adopté, le projet de loi 168 adopterait la définition de travail d’antisémitisme erronée et largement rejetée de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (AIMH), ainsi que 11 exemples illustratifs rédigés par la même organisation. De ces exemples, sept sont liés à une critique d’Israël. Mais aucun pays est sans reproches, y compris Israël.

La Charte canadienne des droits et libertés garantit nos libertés fondamentales, dont la liberté de conscience, de pensée, de croyance, d’opinion, d’expression et d’association. Le mouvement syndical a toujours lutté et combattu pour ces libertés durement acquises, et aujourd’hui ne fait pas exception. Le projet de loi 168 éliminerait ces libertés en réduisant au silence les Ontariens au sujet des actions d’Israël, nous devons donc le rejeter.

Nos luttes pour la justice et contre l’oppression au Canada et partout dans le monde sont également indissociablement liées aux luttes des Palestiniens. En 2014, les travailleurs des quatre coins de la province l’ont reconnu et ont voté pour donner un mandat de BDS au SCFP-Ontario. Aujourd’hui, alors qu’Israël continue d’annexer illégalement le territoire palestinien en violation flagrante du droit international, nous continuons de manifester notre solidarité à l’égard du peuple palestinien. Une attaque contre un est une attaque contre tous.

Pour en apprendre davantage et pour dire à votre député provincial de l’Ontario que vous êtes contre le projet de loi 168, veuillez cliquer ici (en anglais seulement) et signer la pétition de nos amis à Independent Jewish Voices – Canada.

Inscrivez-vous pour recevoir des nouvelles du SCFP-Ontario.

Votre nom au complet (champ obligatoire)

Votre courriel (champ obligatoire)

Êtes-vous membre du SCFP?
OuiNon