TORONTO (ONTARIO) – Un rapport publié aujourd’hui à Toronto montre que les hôpitaux de la ville pourraient perdre (en termes actuels) 802 lits et 5 636 membres du personnel en vertu du plan fiscal des conservateurs de la province. Les patients sont également perdants alors que les temps d’attente à l’urgence ont augmenté de 13,2 pour cent depuis l’élection du gouvernement de Doug Ford il y a un an.

« Loin de mettre fin à la médecine de couloir, le réseau hospitalier est surchargé avec un trop grand nombre de patients et insuffisamment de lits, et la situation ne fait que s’aggraver, au lieu de s’améliorer sous ce gouvernement. L’infime augmentation du financement pour les soins à domicile annoncée hier doit être considérée dans le contexte d’une coupure de plus de 1 milliard de dollars dans les hôpitaux de Toronto », de dire Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO-SCFP).

Le rapport rendu public jeudi matin incorpore les récentes perspectives économiques et budgétaires du Bureau du directeur de la responsabilité financière de l’Ontario qui montrent que le gouvernement prévoit des coupures de l’ordre de 8 milliards de dollars dans les soins de santé d’ici 2023-2024. Pour Toronto, cela signifie au moins 1,6 milliard de dollars en coupures dans les hôpitaux et autres soins de santé.

Le rapport du CSHO-SCFP intitulé Protecting What Matters Most (Protéger ce qui compte le plus) examine les restrictions des dépenses du ministère de la Santé soulignées dans le budget de l’Ontario de 2019 tout en tenant compte des pressions inflationnistes, ainsi que de la croissance et le vieillissement de la population. Les pressions inflationnistes, ainsi que la croissance et le vieillissement de la population combinés équivalent à 4,17 pour cent. Basé sur le financement des soins de santé que les conservateurs ont souligné pour les cinq prochaines années, le déficit réel de financement par habitant est de plus de 3 pour cent par année.

En d’autres mots, l’Ontario serait confronté à une réelle compression budgétaire par habitant de bien au-delà de 15 pour cent sur cinq ans. Si ce niveau de compressions était appliqué aux hôpitaux de l’Ontario aujourd’hui aux quatre coins de la province, cela signifierait 4 012 lits de moins et 28 187 membres du personnel de moins pour répondre aux besoins de notre population actuelle. Pour Toronto, la perte sera de 802 lits et de 5 636 membres du personnel.

Malgré les annonces faites par les conservateurs pour de nouveaux lits de soins de longue durée afin de diminuer les soins de santé de couloir, 1 087 Ontariens supplémentaires se trouvent sur la liste d’attente pour des lits, une augmentation de 3,2 pour cent en un an.

Récemment, l’Association des hôpitaux de l’Ontario a rapporté que le mois de juin dernier a été le pire de tous les temps pour la médecine de couloir depuis au moins une décennie et que certains grands hôpitaux, dont quelques-uns de Toronto, vivent des problèmes avec le financement provincial inadéquat.

« La crise de capacité en lits des hôpitaux se manifeste d’abord dans les salles d’urgence où les admissions de patients dépassent les lits pour malades hospitalisés disponibles. Les conservateurs ne peuvent pas protéger ce qui compte le plus sans améliorer la capacité et les niveaux de financement pour les hôpitaux. Nous risquons de vivre des coupures dramatiques dans les hôpitaux de Toronto et des quatre coins de la province », de dire Michael Hurley.

-30-

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez communiquer avec :

Michael Hurley, président du CSHO-SCFP, au 416-884-0770
Stella Yeadon, Service des communications du SCFP, au 416-559-9300 ou à [email protected]

dd/sepb491

Inscrivez-vous pour recevoir des nouvelles du SCFP-Ontario.

Votre nom au complet (champ obligatoire)

Votre courriel (champ obligatoire)

Êtes-vous membre du SCFP?
OuiNon