TORONTO (ONTARIO) – Aujourd’hui, le SCFP, le syndicat qui représente le plus grand nombre d’infirmiers et de personnel soignant travaillant dans le système de soins de longue durée de l’Ontario, a demandé que le gouvernement conservateur expose immédiatement ses plans pour examiner les niveaux de dotation en personnel dans les soins de longue durée.

« Il y a deux semaines, l’enquête publique sur la sûreté et la sécurité des pensionnaires des foyers de soins de longue durée a été publiée. Elle exigeait une étude sur la dotation en personnel sécuritaire dans les établissements de soins de longue durée à être présentée à l’Assemblée législative de l’Ontario d’ici le 31 juillet 2020 et, toutefois, nous n’avons pas encore de plan de la part du gouvernement provincial quant à la façon dont cette étude sera effectuée », de dire Candace Rennick, secrétaire-trésorière du SCFP-Ontario. « Les prestataires de soins qui travaillent dans le système de soins de longue durée aimeraient participer à la conception de cette enquête, avec des représentants des résidents et leurs familles, et l’étude devrait être effectuée par des chercheurs indépendants du gouvernement. Ce travail doit débuter immédiatement afin de respecter l’échéance. »

Le rapport de l’enquête publique sur la sûreté et la sécurité des pensionnaires des foyers de soins de longue durée a recommandé, le 31 juillet 2019, que « le ministère de la Santé et des Soins de longue durée effectue une étude afin de déterminer les niveaux adéquats d’infirmiers dans les établissements de soins de longue durée (SLD) à chacun des quarts de jour, de soir et de nuit. La ministre de la Santé et des Soins de longue durée devrait présenter l’étude à l’Assemblée législative d’ici le 31 juillet 2020. Si l’étude montre que plus de personnel est nécessaire pour la sécurité des résidents, les établissements de SLD devraient recevoir un niveau de financement global considérablement plus élevé, avec des fonds additionnels pour l’enveloppe consacrée aux soins infirmiers et personnels. »

« La négligence des résidents causée par le manque de personnel et le manque d’attention pour simplement répondre aux besoins les plus fondamentaux constitue le secret inavouable du système de soins de longue durée de l’Ontario », de dire Heather Duff, présidente du Comité de coordination des travailleurs des soins de santé du SCFP. « Les résidents n’ont pas droit à des bains ou de se rendre aux toilettes régulièrement et ils ne reçoivent pas tous leurs repas en raison du manque de financement, ce qui est un problème répandu. La plupart des résidents des établissements de soins de longue durée mourront plus vite en raison de la négligence, plutôt qu’avec l’injection délibérée d’une dose d’insuline. »

« La ministre responsable des soins de longue durée devrait étendre la portée de l’étude pour inclure le personnel non infirmier », de dire Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario-SCFP. « Le manque de préposés aux services de soutien à la personne est répandu dans l’ensemble du système de soins de longue durée et ces manques entraînent la négligence des résidents. Axer l’étude sur le personnel infirmier qui ne représente qu’une partie de l’ensemble du personnel soignant est une occasion ratée de réfléchir adéquatement à ce qui constituerait des niveaux de dotation en personnel sécuritaires dans les établissements de soins de longue durée. »

Le SCFP représente environ 5 000 infirmiers et 25 000 préposés aux services de soutien à la personne dans les établissements de soins de longue durée de l’Ontario.

-30-

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez communiquer avec :

Marla Di Candia, Service des communications du SCFP, au 416-523-3124

dd/sepb491

Inscrivez-vous pour recevoir des nouvelles du SCFP-Ontario.

Votre nom au complet (champ obligatoire)

Votre courriel (champ obligatoire)

Êtes-vous membre du SCFP?
OuiNon