Le 20 novembre, les 280 000 membres du SCFP-Ontario se joignent à nos communautés afin d’observer la Journée du souvenir trans et de célébrer nos victoires collectives, tout en nous engageant à nouveau à affronter les nombreux défis qui subsistent.

Les défis existent depuis longtemps et démontrent la transphobie virulente qui a pris racine partout, même dans des institutions et communautés par ailleurs progressistes et inclusives. Aujourd’hui, nous constatons que la COVID-19 n’affecte pas tout le monde de la même manière – le virus a plutôt exposé les inégalités sous-jacentes et persistantes au sein de notre société.

La communauté transgenre et non binaire a été affectée de façon disproportionnée par la pandémie en raison des retards dans l’accès aux soins d’affirmation sexuelle, des taux plus élevés d’insécurité en matière de logement et des taux moins élevés d’accès aux éléments essentiels de notre filet de sécurité sociale.

Ce qui se produit aujourd’hui, dans le contexte de cette pandémie, ne peut être déconnecté de la réalité vécue des personnes transgenres bien avant la COVID. Le fait que la communauté transgenre soit affectée de manière disproportionnée ne peut être considéré uniquement comme une coïncidence, mais c’est plutôt lié directement à une longue tradition de transphobie.

Lorsque Doug Ford est devenu premier ministre, son parti a immédiatement annulé le curriculum d’éducation sexuelle de notre province qui, entre autres, apprenait aux jeunes à comprendre les enjeux relatifs à l’identité sexuelle – et il a poursuivi en adoptant une résolution qui ne reconnaît pas l’identité sexuelle à l’Assemblée législative de l’Ontario.

Récemment, les conservateurs de Doug Ford ont fait adopter un projet de loi pour aider un de leurs amis, le transphobe, islamophobe et homophobe Charles McVety, président du Canadian Christian College, en lui accordant le droit de délivrer des diplômes reconnus, le mettant sur le même pied d’égalité que des établissements d’enseignement postsecondaire publics. Encore et encore, les conservateurs de Doug Ford nous montrent qui ils sont vraiment, et les choses n’ont pas changé par rapport à avant la pandémie.

Et ce qu’il y a de plus tragique, le mois dernier, une Noire trans, Coco, est morte alors qu’elle était détenue par la police de Toronto. Le SCFP-Ontario est consterné par le manque de transparence et se joint aux demandes pour des réponses et une imputabilité.

L’urgence du moment est claire. Il est temps de nommer la réalité à l’effet que nous devons prendre des mesures collectives, et ce dès aujourd’hui.

Le SCFP-Ontario a fait des progrès dans le passé. À la table de négociation, des sections locales ont fait des gains qui traitent directement de la discrimination; elles ont promu des dispositions qui appliquent un principe d’équité aux questions comme les pensions et la santé et sécurité; et elles ont négocié un fonds de transition pour les employés et un congé de transition payé pour les membres, une victoire importante pour l’inclusion des trans.

Le Comité du triangle rose du SCFP-Ontario a fait avancer le travail important qui consiste à créer des lieux de travail plus sécuritaires et plus justes pour les membres syndiqués lesbiennes, gais, bisexuels, trans, bispirituels, intersexes et allosexuels.

Ce travail est plus nécessaire que jamais et, ensemble, nous continuerons de faire des progrès.

« Après 20 ans de souvenir trans, c’est une période douloureuse pour moi et pour ma communauté », de mentionner Susan Gapka, présidente du Comité du triangle rose. « Mais lorsque nous nous rassemblons pour pleurer, je sais que nous ne sommes pas seuls. Lorsque mon syndicat et mon lieu de travail me soutiennent, je sais que tout est possible. »

Agissez :

Exigez la transparence et la transparence pour Coco (page en anglais seulement)

Événement :

The 519 célèbre le 21e anniversaire de la Journée du souvenir trans sous le thème « Honorer la vie des trans : Se rappeler des racines noires » (en anglais seulement)

Inscrivez-vous pour recevoir des nouvelles du SCFP-Ontario.

Votre nom au complet (champ obligatoire)

Votre courriel (champ obligatoire)

Êtes-vous membre du SCFP?
OuiNon