Nos collectivités surmontent cette crise et prospéreront après grâce aux efforts des travailleurs de première ligne. Ce sont les travailleurs des établissements de soins de longue durée qui prennent soins des aînés; les travailleurs qui, dans les foyers de groupe, prennent soin des personnes ayant un handicap et offrent divers soutiens aux plus vulnérables; les travailleurs qui, dans nos municipalités et nos villes, offrent des services essentiels dont nos collectivités ont besoin; et les travailleurs qui, dans nos supermarchés, risquent leur santé pour nourrir les Ontariens.

Mais malgré leurs contributions importantes, tant pendant cette pandémie qu’avant, les travailleurs de première ligne sont parmi les travailleurs les moins bien payés, les moins protégés et les plus précaires. Ce sont, sans aucune mesure, des travailleurs racisés, des femmes et des nouveaux arrivants. Bien qu’on les appelle des « héros » – et ils le sont – ils sont traités comme une main-d’œuvre jetable.

Récemment, Loblaws, Metro et Walmart ont supprimé l’augmentation de salaire de 2 $ offerte aux travailleurs pendant la pandémie, affirmant que les employés se sont adaptés à la nouvelle normalité des choses et que les magasins n’étaient plus aussi occupés qu’ils l’étaient plus tôt au cours de la crise.

Rappelons-nous que les travailleurs des supermarchés étaient sous-payés avant cette crise – et étaient tout de même sous-payés malgré l’augmentation de salaire. Ils sont nombreux à gagner le salaire minimum ou à peine un peu plus – un salaire bien inférieur au revenu de subsistance partout dans cette province. Leurs salaires ne correspondent tout simplement pas à leur importance dans nos collectivités. Et maintenant, alors que nous sommes encore en pleine pandémie et alors qu’ils n’ont toujours pas accès à l’EPI adéquat, et alors que leurs employeurs font des profits plus que jamais, ils doivent subir une perte de revenu.

Le SCFP-Ontario est solidaire de ces travailleurs dans leur demande pour que cette augmentation de salaire soit permanente. Nous nous opposons à l’affirmation que les travailleurs se sont adaptés à la nouvelle normalité des choses et que ces magasins ne sont pas aussi occupés qu’ils l’étaient. La réalité est que, chaque jour, ils risquent leur sécurité et celle de leurs familles. Alors que la province en est à la deuxième étape du déconfinement, les Ontariens passent moins de temps à pratiquer l’isolement social – et cela met les travailleurs sur nos lignes de front plus à risque que jamais.

Au lieu de protections inadéquates, les travailleurs des supermarchés ont droit à la sécurité. Au lieu d’une perte de salaire, alors que les profits des entreprises montent en flèche, et au lieu du travail précaire, les travailleurs des supermarchés méritent une augmentation de salaire permanente et un travail à temps plein.

Les 280 000 membres du secteur public du SCFP-Ontario appuient les travailleurs des supermarchés car c’est la bonne chose à faire – et parce que nous partageons la même bataille.

La « prime liée à la pandémie » pour près de 400 000 travailleurs de première ligne du secteur public en Ontario prendra fin le 16 août, bien avant que cette crise ne soit terminée, et nous réclamons ce salaire permanent de première ligne et qu’il soit offert à tous les travailleurs de première ligne, tant dans le secteur public que dans le secteur privé.

Tous les travailleurs de première ligne méritent des salaires qui reflètent leur apport important à nos collectivités.

Il est temps d’exercer des pressions sur ce gouvernement et sur les employeurs afin qu’ils traitent les travailleurs de première ligne – les personnes que l’on appelle à juste titre des « héros » – avec respect. Il est maintenant temps de faire preuve de solidarité.

Signez cette pétition demandant une prime liée à la pandémie permanente pour les travailleurs des supermarchés : https://ufcw175.com/2020/06/11/the-new-normal-keep-pandemic-pay-permanent/ (en anglais seulement).

Fred Hahn, président

Candace Rennick, secrétaire-trésorière

Inscrivez-vous pour recevoir des nouvelles du SCFP-Ontario.

Votre nom au complet (champ obligatoire)

Votre courriel (champ obligatoire)

Êtes-vous membre du SCFP?
OuiNon