HAMILTON (ONTARIO) – Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) presse le ministre de la Santé de l’Ontario d’annuler la fermeture de l’unité de pathologie judiciaire du Hamilton Health Sciences Centre et le transfert à Toronto des autopsies médico-légales et des enquêtes sur 1 300 décès soudains ou suspects ayant lieu chaque année dans la région de Hamilton-Niagara-Brant.

Cette décision, qui bafoue le plan stratégique du système ontarien d’enquêtes sur les décès, a été qualifiée « d’irréfléchie » par le SCFP, qui s’est joint aujourd’hui au personnel policier et médical pour exprimer ses profondes inquiétudes quant aux impacts et aux retards potentiels sur les autopsies, les enquêtes et les procès.

« Je pense que le gouvernement devrait être plus attentif et revenir sur sa décision », explique Dave Murphy, président du SCFP 7800. « Cette décision bafoue très clairement le plan provincial officiel, et le gouvernement devrait la renverser. »

Le plan stratégique relatif au Système ontarien de gestion de l’information pour les enquêtes sur les décès (2015-2020) comporte notamment l’objectif suivant : « Un élargissement et une amélioration de la capacité régionale de prestation de services permettant la gestion d’un plus grand nombre de cas à l’échelle locale/régionale. »

« Nous contestons que la fermeture de cette unité et le transfert de ses tâches à Toronto généreront des économies de 3 millions de dollars par année. En fin de compte, le transfert de l’unité se traduira par un transfert des coûts et il entraînera des retards considérables et coûteux dans les enquêtes et les procès, et le gouvernement ne tient pas compte de cela », souligne Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario du SCFP. « Selon nous, cette décision n’entraînera aucune économie si l’on tient compte des véritables coûts de ce transfert. »

À l’heure actuelle, l’unité de pathologie de l’hôpital de Hamilton est responsable des enquêtes sur divers types de décès, dont les homicides, les décès pédiatriques et les surdoses, dans la région de Hamilton, Niagara, Haldimand, Norfolk, Brant et Dufferin. Trois pathologistes judiciaires travaillent à temps plein à Hamilton, en plus d’une équipe ayant récemment embauché des techniciens d’autopsie.

« La population de Hamilton, Niagara, Haldimand, Brant et Dufferin est assez importante pour justifier un service de pathologie judiciaire, explique M. Murphy. Je pense que les gens de la région vont se lever pour défendre ce service essentiel. »

-30-

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez communiquer avec :

Dave Murphy, président de la section locale 7800 du SCFP, au 905-518-5218
Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario-SCFP, au 416-884-0770
Stella Yeadon, Service des communications du SCFP, au 416-559-9300 ou à [email protected]

SEPB491/EW

Inscrivez-vous pour recevoir des nouvelles du SCFP-Ontario.

Votre nom au complet (champ obligatoire)

Votre courriel (champ obligatoire)

Êtes-vous membre du SCFP?
OuiNon