HAMILTON (ONTARIO) – Les données d’un nouveau rapport du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO) rendu public aujourd’hui à Hamilton montrent que lorsqu’on parle de financement alloué aux hôpitaux, le gouvernement conservateur de Doug Ford est « pire que celui de Mike Harris ».

Pour que le gouvernement conservateur de Doug Ford respecte son plan budgétaire proposé pour les cinq prochaines années, « il est maintenant évident que les conservateurs devront faire des coupures plus importantes dans les hôpitaux (et les soins de santé en général) que ce qui a été estimé précédemment », de dire Michael Hurley, président du Conseil des syndicats d’hôpitaux de l’Ontario (CSHO).

D’après le récent examen du budget et de la situation économique effectué par le Bureau du directeur de la responsabilité financière de l’Ontario, le plan de dépenses du gouvernement doit faire des milliards de dollars de coupures supplémentaires, non identifiées et non annoncées, dans les services publics afin de respecter ses objectifs d’économies. Les coupures non identifiées et non annoncées en santé existent même pour le présent exercice financier – mais elles deviennent un enjeu beaucoup plus important au fur et à mesure que les années passent, jusqu’à ce qu’elles représentent 5,2 milliards de dollars de coupures totales de l’ordre de 8 milliards de dollars nécessaires dans le plan fiscal du gouvernement en 2023-2024.

« Même si les coupures que les conservateurs ont identifiées à ce jour pour les soins de santé ont été importantes et douloureuses, 5,2 milliards de dollars est plusieurs fois supérieur. Dans des collectivités comme Hamilton, déjà aux prises avec des taux de maladies élevés, des coupures de cet ordre nuiront grandement aux patients et diminueront la capacité d’hospitalisation déjà problématique. Les conservateurs créent une crise d’accès pour les patients et les soins de santé de couloir ne feront que s’aggraver », de dire Michael Hurley.

Bien que les coupures imposées par le gouvernement conservateur de Mike Harris étaient particulièrement douloureuses dans son premier budget, elles n’ont duré que deux ans avant que le gouvernement doive renverser sa décision politique au cours de la troisième année, après de vastes pressions de la communauté et des dépenses accrues pour les programmes de 8 pour cent. Les conservateurs de Doug Ford prévoient au moins cinq ans d’austérité (il n’y a pas encore de rapport de ce gouvernement quant à ce qu’il prévoit faire au cours des années six et plus). Le Bureau du directeur de la responsabilité financière de l’Ontario constate que les coupures ressemblent aux coupures faites dans les années 1990 et qu’elles représentent environ 10 pour cent en termes réels de toutes les dépenses de programmes – une coupure d’environ 1 100 $ par personne (en dollars constants) pour toutes les dépenses de programmes.

Michael Hurley a également publié Protecting What Matters Most (Protéger ce qui compte le plus), un rapport basé sur les chiffres des restrictions budgétaires de 2019, la croissance et le vieillissement de la population et les pressions inflationnistes qui montrent que pour les hôpitaux, les baisses de financement réelles par habitant proposées à l’échelle de la province sur cinq ans sont de plus de 15 pour cent. Si ce niveau de coupures était appliqué aux hôpitaux de l’Ontario aujourd’hui partout dans la province, cela signifierait 4 012 lits de moins et 28 187 membres du personnel de moins pour desservir notre population actuelle. La capacité d’hospitalisation à Hamilton sera encore moindre et il y aura 247 lits et 1 936 membres du personnel hospitalier de moins.

« Nos conclusions montrent que les conservateurs ne font pas ce qu’ils ont dit qu’ils allaient faire, soit de ‘protéger ce qui compte le plus’. Plutôt, leurs coupures prévues pour les hôpitaux sont plus importantes que pour d’autres programmes. Leurs plans amplifieront nettement les problèmes actuels des patients quant à l’accès aux soins dans les hôpitaux. Malheureusement, le premier ministre et la ministre de la Santé prétendent régler le problème de capacité d’hospitalisation en détournant l’attention de la restructuration du système de santé et en contournant les coupures à venir et la privatisation des services », d’affirmer Michael Hurley.

-30-

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez communiquer avec :

Michael Hurley, président du CSHO-SCFP, au 416-884-0770
Stella Yeadon, Service des communications du SCFP au 416-559-9300 ou à [email protected]

SEPB491/EW

Inscrivez-vous pour recevoir des nouvelles du SCFP-Ontario.

Votre nom au complet (champ obligatoire)

Votre courriel (champ obligatoire)

Êtes-vous membre du SCFP?
OuiNon