TORONTO – Aujourd’hui, les conservateurs de Doug Ford ont véritablement révélé la futilité de leur slogan ‘pour les gens’ avec un budget qui rend la vie plus difficile pour les gens en supprimant des emplois, en sabrant dans les services publics et en menaçant de réduire les revenus réels déjà en baisse des travailleurs qui offrent ces services de première ligne, de dire Fred Hahn, président du SCFP-Ontario.

« Ce budget rendra la vie plus difficile pour les familles de travailleurs en faisant en sorte qu’ils aient moins de services publics, un salaire net moins élevé et, dans certains cas, des pertes d’emplois », d’affirmer Fred Hahn.

Se cachant derrière des subterfuges comme des fêtes et des slogans « de plaque d’immatriculation », le budget frappe fort avec des suppressions d’emplois et de services, et lorsque l’on parle de salaires, c’est malhonnête. « Les propres chiffres du ministère du Travail de l’Ontario montrent que les salaires des secteurs privé et public n’ont pas suivi l’inflation au cours des dix dernières années. En tenant compte de l’inflation, les salaires du secteur public ont baissé de 4,7 % depuis 2009, mais les conservateurs blâment les personnes mêmes qui ont vu leurs revenus réels diminuer année après année pour le déficit », de dire Fred Hahn.

Les conséquences du budget sur nos collectivités seront bien plus graves. Le SCFP-Ontario estime qu’en se servant des multiplicateurs économiques de Statistique Canada qui sont accessibles au public et en comparant les dépenses à moyen terme actuelles avec le rapport prébudgétaire de la vérificatrice générale quant aux dépenses à moyen terme, l’Ontario perdra 19 603 emplois à temps plein dans le secteur public et 31 839 à temps plein dans le secteur privé.

« Les gens comprennent que chaque suppression d’emploi dans le secteur public représente réellement une perte de service dans la collectivité, de dire Fred Hahn. Les réductions de services ne font rien pour mettre fin à la médecine de couloir, améliorer le niveau de soins pour les personnes âgées ou améliorer les services sociaux pour les plus vulnérables. »

« Des investissements sont nécessaires dans les services de garde publics abordables, mais la vérité au sujet des remboursements d’impôt est qu’ils ne créent aucune nouvelle place en garderie et qu’ils ne font rien pour renverser le cours des coûts des frais de garde qui montent en flèche pour les familles de travailleurs », d’affirmer Fred Hahn.

Ces coupures dans les services sur lesquels la population compte sont présentées de façon fallacieuse en affirmant que les dépenses gouvernementales sont la principale cause du déficit provincial. Même la Chambre de commerce de l’Ontario affirme qu’il est maintenant temps de faire preuve d’austérité. Le véritable problème est que les conservateurs poursuivent une tradition amorcée par le gouvernement précédent qui consiste à baisser les impôts, ce qui réduit les revenus et entraîne inévitablement des coupures de services.

« Nous avons un problème de revenus en Ontario, pas un problème de dépenses. Il est certain qu’à une période où les profits des sociétés et les revenus du un pour cent des plus riches atteignent des niveaux records, les plus riches de cette province et les sociétés les plus rentables devraient payer leur juste part des impôts afin que les services puissent être protégés », de dire Fred Hahn.

Le SCFP est le plus important syndicat de l’Ontario avec plus de 270 000 membres partout dans la province qui offrent des services publics sur lesquels les Ontariens comptent chaque jour.

-30-

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez communiquer avec :

Caedmon Malowany, Service des communications du SCFP, au 204-801-9136

Inscrivez-vous pour recevoir des nouvelles du SCFP-Ontario.

Votre nom au complet (champ obligatoire)

Votre courriel (champ obligatoire)

Êtes-vous membre du SCFP?
OuiNon