TORONTO – Dans l’annonce qu’elle a faite aujourd’hui, Lisa McLeod, ministre ontarienne des Services à l’enfance et des Services sociaux et communautaires, confrontée à un tollé dans toute la province en raison des modifications apportées par le gouvernement conservateur au financement des soutiens à l’autisme, n’a pas abordé les véritables difficultés avec lesquelles les familles touchées par l’autisme doivent composer.

« Les familles touchées par l’autisme ont besoin de services publics et d’un accès à tout un éventail de services de soutien, pas au sursis de six mois qui était vraiment au cœur de cette annonce », a déclaré Fred Hahn, président du SCFP-Ontario. « Rien de ce que la ministre a dit aujourd’hui ne vient ajouter de ressources à long terme dans ce dossier ou bonifier les services publics dont les familles et les enfants autistes ont désespérément besoin. Ils ignorent encore une fois les familles qui ont pourtant fait valoir l’inaptitude d’un modèle de financement direct ».

Lors de son annonce, la ministre McLeod a affirmé que le gouvernement Ford « élargissait le choix » offert aux familles. Mais, le choix ne peut exister que si des services sont disponibles.

« Les agences de service directs offrant une thérapie spécialisée continueront à licencier des travailleurs et à fermer leurs portes. Comment diable peut-on considérer ceci comme une amélioration des choix, s’il n’y a pas de services parmi lesquels choisir? » demande M. Hahn. « Ce n’est pas une question de ‘choix’ ». Si les conservateurs de M. Ford souhaitaient véritablement aider les enfants autistes à mener une vie saine et enrichissante, ils veilleraient à ce que des services publics universels soient disponibles dans toutes les communautés ontariennes ».

Les membres du SCFP-Ontario offrent divers services et soutiens aux familles touchées par l’autisme. Les travailleurs sociaux fournissent une assistance par le biais d’organismes communautaires. Les membres à l’emploi des conseils scolaires prennent en charge les élèves à l’école et nos membres du secteur de la santé aident les familles à accéder et à coordonner les ressources dont elles ont besoin.

Selon l’annonce d’aujourd’hui, les plafonds fondamentaux instaurés par les conservateurs restent en place. Autrement dit, les familles dont les enfants ont moins de six ans ne pourront prétendre qu’à 20 000 $ par an et celles dont les enfants ont plus de six ans disposeront de
5 000 $ par an pour se prévaloir de thérapie privée. Étant donné que les thérapies privées à but lucratif peuvent coûter jusqu’à 80 000 $ par an, de nombreuses familles se retrouveront aux prises avec un énorme manque de soutien pour leurs enfants.

« Ces familles ont d’abord été abandonnées par les libéraux et leur approche de financement individualisé qui a échoué. Le programme des conservateurs en matière de privatisation des services reprend la politique manquée des libéraux et l’aggrave. Ces changements trahissent les familles ontariennes et constituent une preuve supplémentaire que les conservateurs de
M. Ford ne sont pas à l’écoute de la population ».

Le SCFP-Ontario collabore avec l’Ontario Autism Coalition qui, avec beaucoup d’autres, a demandé aux conservateurs de financer les services et non de les supprimer.

Le SCFP est un syndicat des communautés ontariennes dont les 260 000 membres et plus fournissent des services publics de qualité, dans toutes les régions de la province, tous les jours. Les membres du SCFP-Ontario sont fiers de travailler dans le secteur des services sociaux, des soins de santé, municipal, des conseils scolaires, universitaire et des lignes aériennes.

-30-

Renseignements :

Caedmon Malowany, département des communications du SCFP, 204-801-9136

https://cupe.on.ca/fr/

Inscrivez-vous pour obtenir des mises à jour sur des histoires comme celle-ci qui se déroulent aux quatre coins de l’Ontario

Votre nom au complet (champ obligatoire)

Votre courriel (champ obligatoire)

Êtes-vous membre du SCFP?
OuiNon