OMERS a connu une autre année très performante:

  • Des retours sur l’investissement de 11,5 % net, presque le double du taux d’actualisation requis de 6,2 % et bien au-dessus du taux stratégique.
  • Le bénéfice de 9,9 milliards $ en 2017 a servi à réduire le taux d’actualisation de l’an prochain et à augmenter la capitalisation du régime.
  • Le régime détient plus de 95 milliards $ d’actifs.

Toutefois, certaines personnes à la Société de promotion veulent se débarrasser d’avantages essentiels, comme l’indexation garantie. Nous ne pouvons pas laisser faire ça.

Cliquez ici pour en savoir plus sur les modifications qu’OMERS souhaite apporter à votre pension.

Modifications qu’OMERS fiche d’information

Pourtant, certains membres de la Société de promotion veulent se défaire des principaux avantages comme l’indexation garantie. Nous ne pouvons permettre cela.

 

Envoyez-leur un message : 

Chers présidents de la Société de promotion d’OMERS,

J’ai en main les détails des modifications provisoires devant être apportées à mon régime de retraite OMERS. Celles-ci auront un impact significatif sur ma retraite et je vous exhorte, vous et tous les représentants siégeant à la Société de promotion, à ne pas procéder à la mise en œuvre de ce qui suit :

  • Remplacer l’indexation garantie par une indexation conditionnelle.
  • Modifier la façon dont le taux d’accumulation est calculé; et
  • Modifier les dispositions pour retraite anticipée.

Ces remaniements pourraient considérablement réduire le montant et la sécurité de ma pension une fois que je serai à la retraite.

Après ce qui fut une autre année performante, OMERS est bien en avance sur son échéancier et sera entièrement financé d’ici 2025 ce qui maintiendra notre régime en position favorable pour conserver tous les principaux avantages.

La mise à exécution d’une indexation conditionnelle vous permettra de supprimer l’indexation des années après la date de mise en œuvre jusqu’à ce que le régime de retraite réponde à quelques conditions, dont certaines seront décidées à une date ultérieure, à huis clos, en se basant sur une stratégie en matière de gestion financière qui n’a même pas encore été créée.

Nous avons cru comprendre, qu’en vertu de certaines des conditions proposées, l’indexation ne se poursuivrait qu’une fois qu’OMERS serait entièrement financé à plus de 105 % ET que sa mise en œuvre n’entraînerait pas un taux de capitalisation inférieur à 105 %. En d’autres termes, le régime devrait probablement être financé à 108-109 % pour que les retraités puissent se prévaloir d’une indexation.

Cela signifie qu’après l’entrée en vigueur des changements, il sera impossible pour les membres de savoir quand ils toucheront l’indexation, quand ils ne la toucheront pas ou même s’ils ne la toucheront jamais. Il s’agit là d’une énorme perte de sécurité de retraite. Chaque année, je paierai plus cher les biens et les services, sans savoir si ma pension suivra le rythme.

Les modifications proposées à la façon dont le taux d’accumulation est calculé entraîneront également une perte importante des prestations pour de nombreux cotisants.

Le calcul de notre pension se fait présentement en multipliant les années de service par un taux d’accumulation de 1,325 % sur un salaire de 55 300 $ jusqu’au maximum des gains annuels ouvrant droit à pension (MGAP) et de 2 % sur les salaires supérieurs à ce montant.

Les modifications proposées hausseraient ce seuil salarial de 14 % avant d’augmenter le calcul du taux d’accumulation à 2 %. Autrement dit, mes revenus de retraite s’accroîtront à un rythme sensiblement plus lent. Le résultat sera une pension inférieure pour quiconque gagne actuellement plus que le MGAP. La pension d’un membre dont le salaire se situe au seuil proposé serait réduit de 6 %, avec ce seul changement.

Les modifications devant être apportées à la retraite anticipée signifie que même après avoir travaillé pendant plus de 30 ans, ou atteint le « facteur 90 », une personne ne pourra se qualifier pour la retraite anticipée non réduite qu’une fois atteint l’âge de 60 ans. Ceci punit ceux et celles qui ont consacré leur vie professionnelle à leur travail et qui ont contribué à leur pension, à chaque paie, pendant 30 ans.

La plupart des membres du régime de retraite OMERS ne gagnent qu’un salaire modeste. Mais, nous en reportons une partie au régime parce que nous savons qu’une pension à prestations déterminées décente et sûre est essentielle à notre retraite. Nous sommes aussi conscients que nos salaires modiques donnent lieu à des pensions modiques. Le maintien de ces prestations sécuritaires est essentiel pour nous permettre de suivre les augmentations constantes du coût de la vie une fois à la retraite.

Je sais que la proposition actuelle découle d’un examen complet du régime, fondé sur les pires scénarios d’avenir possibles. Toute tentative visant à réduire les avantages courants d’OMERS menace ma propre planification de retraite. Ce n’est pas une éventualité, c’est un fait.

Je demande à tous les membres de la Société de promotion d’OMERS de faire ce qui est juste et de voter contre ces modifications provisoires. Je vous prie de partager cette correspondance avec les autres membres de la Société.

Cordialement,

[Votre nom]

Votre nom (champ obligatoire)

Votre adresse de courrier électronique (champ obligatoire)

Êtes-vous membre du SCFP?

OuiNon

Souhaiteriez-vous que le SCFP-Ontario communique avec vous au sujet de cette campagne et d’autres campagnes?
Oui